assurance-vie-frais

Assurance vie en ligne : qu’en est-il des frais ?

Ils ont pour nom frais d’entrée, frais d’arbitrage ou encore frais de gestion et, à en croire les assureurs, ils seraient dérisoires par rapport à ce que peut vous rapporter à terme votre assurance vie. Ainsi, beaucoup de souscripteurs ne font plus vraiment attention à ces prélèvements. Et pour cause, les taux appliqués sont généralement relativement insignifiants. Cependant, mis bout à bout, ces frais peuvent représenter une belle somme à déduire de votre capital, et une réduction conséquente de son rendement.

Cela donne matière à réfléchir, surtout qu’il est désormais possible de souscrire son assurance vie en ligne et payer moins de frais.

Les frais d’entrée

Encore appelés frais sur versements, frais de charge ou frais de souscription, ils varient généralement entre 2 et 4 % du capital versé, avec un maximum de 5 % fixé par le code des assurances. Ces frais, destinés à couvrir les dépenses de commercialisation prises en charge par la compagnie d’assurance, sont prélevés sur chaque versement effectué par le souscripteur. Ils réduisent donc d’office le montant de ces dépôts. En règle générale, plus ce montant est important, moins le taux de frais d’entrée appliqué est élevé, et le souscripteur peut négocier facilement un rabais significatif. Quand on sait que ces mêmes frais sont nuls pour la grande majorité des contrats proposés en ligne, il y a de quoi négocier avec son assureur pour obtenir une meilleure offre.

Les frais de gestion des fonds

Comme l’indique leur nom, ils sont destinés à couvrir les dépenses de gestion du capital investi (dépenses liées à la gestion administrative du contrat, aux relations avec le client, à la gestion financière du portefeuille client…). Dans la pratique, on note la plupart du temps une différence entre les frais de gestion des fonds en euros et les frais de gestion des fonds à risques (actions, obligations, fonds de placement…).

Fonds en euros

Avec un taux annuel qui varie généralement entre 0,60 et 0,80 %, les frais de gestion des fonds en euros, contrairement aux frais d’entrée, ne sont pas prélevés sur chaque versement, mais sur la totalité du capital en euro accumulé par le souscripteur. Même si le taux appliqué semble à priori dérisoire, les montants prélevés augmentent au fil des années avec l’accumulation de l’épargne. Ils ont donc tendance, avec le temps, à réduire le rendement de l’assurance vie. Dès lors, le souscripteur gagnerait davantage à négocier à la baisse le taux des frais de gestion que celui des frais de charge, une réduction de 10 à 15 % par exemple pouvant représenter à terme une amélioration substantielle du rendement de l’investissement.

Fonds à risques

Les taux de frais de gestion appliqués sur les fonds à risques sont nettement plus élevés. Ils oscillent théoriquement entre 0,70 et 0,90 % sur une base annuelle, mais il faudra compter en réalité parfois jusqu’à 2 ou 3 %, selon le niveau de risque des fonds.

Les frais d’arbitrage

On parle d’arbitrage lorsque pour une raison ou une autre, le souscripteur décide par exemple d’augmenter la proportion des fonds en euros dans son portefeuille au détriment des fonds à risque ou vice versa. En fonction des clauses du contrat, l’assureur peut prélever des frais d’arbitrage entre 0,40 et 1 % du total arbitré. Ces frais sont inexistants sur la plupart des contrats vendus en ligne. De nombreux assureurs traditionnels ont d’ailleurs emboîté le pas à internet, en proposant des contrats sans frais d’arbitrage.

Hormis ces frais, d’autres éléments sont susceptibles d’accroître la facture de l’assuré vis-à-vis de l’assureur. Pour un fonds d’action par exemple, lorsque le gérant parvient à réaliser des plus-values au bout d’une année, il peut avoir droit à un bonus jusqu’à 15 ou 20 % des gains réalisés. Les options de gestion proposées par les contrats multi-supports ont également tendance à diminuer les rendements affichés par les assureurs traditionnels.